Le Clan Eynire
/! ATTENTION LE CLAN EYNIRE A DEMENAGE /!

voici la nouvelle adresse :

http://eynires.free.fr/forum/index.php



A tous les Eynires:

Vous avez jusqu'au 17 janvier pour vous inscrire</font></span></div>



Bienvenue dans le Grand Salon des Eynires, mercenaires sous l'Egide de Brumaire !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexionRecensement

Partagez | 
 

 L'éclipse du Chaos.

Aller en bas 
AuteurMessage
Aszhara

avatar


Feuille de personnage
Personnage Principal: Aszhara
SpécialisationS: F.I.
Niveau:
114/200  (114/200)

MessageSujet: L'éclipse du Chaos.   Mer 23 Sep - 19:17

21 Septange 639... Le ciel d'Amakna est bleu azur, les Tofus volent près des champs de blé, les paysans fauchent les céréales. Une journée tout ce qu'il y a de plus normale dirions nous. Mais pour un démon tel que moi, ceci n'est pas normal. Trop « propre » pour être réel. Il faut que je remédie à cela.

[14h10, taverne d'Astrub]

J'entre dans la taverne. Les Enutrofs habitués sont toujours là, ivres, une chopine à la main. Quelques Ecaflipettes jouent aux cartes contre des Eniripsas. Teb Akkir nettoie ses verres et chopines. Dans le fond de la salle, une Fécatte, seule, couverte d'un capuchon noir, écrit à la plume sur des rouleaux de Bambouto Sacré. Je m'approche d'elle, m'assieds à sa table. J'entame la discussion.


« Quel est ton nom, Fécatte ? »


Elle ne réponds pas, restant plongée, imperturbable, sur la rédaction de ses écrits. Mais que peut-elle bien écrire ? Je regarde d'un œil son document. Elle lève sa main et attrape la mienne.

«  Je serais toi, je ne tenterais pas de lire ce document, Démon. »
« Qui est-tu ? »
« Tu le saura bien assez tôt... »

sur ces mots, elle se leva, plia en quatre son parchemin, et lasse son chemin, vers la sortie.

Je me lève de la chaise à mon tour, salue Teb et sort. J'appelle ma dragodinde, mais elle semble trop fatiguée. Je continue donc le chemin à pieds, vers le contour d'Astrub. Arrivé à hauteur de la maison des mercenaires, je vois un Iop, en panoplie Ancestrale, qui tente tant bien que mal à expliquer avec ses mots le but des mercenaires à une jeune Ecaflipette. Je continue, ce trajet qui me semble si long. Fatigué par le trajet, le fait de marcher et par les questions qui me hantent à propos de l'étrange Fécatte, je fais une halte près des remparts. J'y déploie une étoffe de Prespic et m'installe dessus pour une petite sieste. J'observe le ciel, les Pious, les nuages. Mes paupières se font lourdes, je m'endors.


[19h45, Remparts d'Astrub]

J'ouvre les yeux... La nuit tombe sur Astrub. Le soleil est bas sur l'horizon, et dessine une sorte de dôme autours de la silhouette de l'île de Pandala. Je me lève, reprends la route vers les champs d'Astrub, avec cette incessante envie de mettre en place le « Chaos ».

L'heure est arrivée. Je me rends devant l'entrée du donjon des champs, où le pathétique Tournesol Affamé reste terré. Marre de cacher ma véritable apparence, marre de passer pour un gentil-homme. Marre de ce peuple. L'heure est arrivée...

La lumière obscurcis, le soleil deviens maussade, avant de disparaître, tel un signe avant-coureur de l'Apocalypse. C'est l'éclipse centenaire prédite par Domen qui se réalise là. Je déploie mes ailes de serviteur de Djaul, le « Démon suprême ». Je saisit mon marteau, et commence alors ce qui me manqua durant tant d'années : le massacre.


[20h19, champs d'Astrub]


Le massacre dure depuis 25 minutes. Normal, vu la faible résistance de ces êtres miteux. Tous y passent ~ Femmes, enfants, Anges... Tous. J'éprouve une certaine jubilation en vue de tout ces corps, se sang qui marque chaque pousse de blé, chaque mur, chaque visage. Cette vue arrive même à me faire décocher un sourire sur mon visage balafré, devenu insensible par toute cette haine qui se trouve en moi.

« Pathétiques, ils ont été pathétiques... » déclare une voix féminine, derrière moi. Je me retourne. C'est la Fécatte de la taverne, cette fois-ci toutes aimes de serviteur d'Amayiro, « Le Béni » déployées.
« Vas-tu me dire qui est tu ? D'où viens tu ? »
« On m'appelle... (hésitante)... Inaÿa. Chasseuse de Démons depuis dix années consécutives. Et toi, qui est tu ? »

A peine ais-je eu le temps d'ouvrir ma bouche qu'elle m'interrompt;

« Cela n'a pas d'importance en fait. Je suis venue à toi pour te dérouiller. Je possède un contrat sur le dénommé « Cornu de Brâkmar », et c'est toi. Alors, EN GARDE ! »


Ainsi commença le combat qui définira si oui, ou non, je mérite d'être un des disciples de Djaul.

Le combat fût long, plus de cinq heures. Entre invocations, protections et Glyphes, les sorts s'enchaînent et se répètent. Au final, Inaÿa lança téléportation, et me donna un coup de bâton dans la tête, par derrière. Assommé, oui j'ai été assommé.. Par une simple Fécatte... Honte sur moi, je ne mérite pas de porter ces aimes de Démon.


[Un peu plus tard...]


Je ré ouvre les yeux et balbutie quelque mots...

« Mais.. Au fait... où suis-je ? Il fais trop noir pour le savoir... J'ai chaud... Et cette tête qui me bourdonne à l'oreille... »

Tentant de me tenir la tête, je remarque que mes bras sont attachés ) des chaînes, métalliques sans doute. Serais-je donc à Bonta ? Ville lumière, dans une prison plus obscure que les égouts de Brâkmar eux-mêmes ? Fichtre... Il ne manquais que ça pour que tout aille mal...


« Alors l'ami, qu'est-ce qu'ta fais pour être ichi ? » déclare une voix rogue dans mon dos. »

« J'ai perdu contre une vile Bontarienne. Elle m'a lâchement attaquée par derrière, usant de sa téléportation... Maudite Fécatte ! »
« Haho, t'es d'un Brâkmarien d'alors ? Merte fieu, mi chui d'un Bontarien. J'au insulté un supérieur hiérarchique ! »

Le mépris se sent dans la voix de l'homme

« Pleutre, je ne parlerais pas à une sous-espèce d'ange, même dans un pétrin pareil. GARDE ! GARDE ! DE L'EAU ! J'AI SOIF QUE DIABLE ! »

Le garde, un néophyte Bontarien, pris de panique, alla chercher de l'eau, et la donna à ma bouche. Il recule ensuite, et repris sa gazette d'Astrub.

[12h50, Prison de Bonta]


Une explosion retentis, suivi d'un Clairon de Rassemblement. Les gardes armés de la prison sortent en trombe, comme si un problème majeur arrivais.

Le temps passa, passa.. Puis plus un bruit. Le calme absolu.... Une porte grince... Des pas se font entendre dans les escaliers, mais rien... La cellule s'ouvre, seule, tel un enchantement. Mes chaînes sont tranchées nettes. Une silhouette se dessine face à moi, puis apparais totalement. C'est Jalhëld, mon commandant de division Brâkmarien.


« Allé, viens l'amis. Djaul organise un raid sur la Ville-Lumière, et on en profite pour libérer les détenus. Prends cette potion si tu ne te sent pas capable d'aller combattre, elle te téléportera à Brâkmar. Sinon, nos Eniripsas te soignerons et tu pourra combattre à nos côtés. »
« Que comptez-vous faire de l'autre ? C'est un Bontarien révolutionnaire. »
« J'en ferais un esclave, ha ha ha ! »

A ces mots, je pris la potion de cité, l'ouvre et la boit. Le temps de cligner des yeux et je me retrouve au quartier de la Milice. J'appelle un Zaapi, et lui demande de m'emmener au Zaap le plus proche.

Arrivé au Zaap, je l'utilise direction Sufokia. Je cours, infatigable, jusqu'à la bordure Sud. Ma femme m'y attends dans ma demeure. J'entre, la porte de la maison est restée ouverte.


« Ariane ? Mon Azur ? » aucune réponse... Je m'avance. Sur le lit, une lettre, marquée du sigle de Don-Hièraile.»

'' Ta femme, seule chose qui compte pour ton cœur putréfié de Démon, est à ma merci. Que compte tu faire, petit Démon sans aile ? Je t'attendrais, Cimetière d'Amakna... Si tu y arrive ! Ha ha ha ha ha !''

- « On dirais que ma mission n'est pas totalement achevée... »...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'éclipse du Chaos.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La confrerie du "chaos "( RP ouvert a tous )
» vente de figs chaos et demons en trop
» Vente matos chaos mortel en metal
» Nouveau LA chaos.
» Inspi Chaos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan Eynire :: La Reception :: Les Hautes herbes. :: Le Salon de Grand-mère Enue.-
Sauter vers: